Cout de production d’une vidéo


Chaque projet vidéo est unique ! Il n’y a donc pas de coût fixe pour une vidéo. Cela va dépendre du nombre de journées d’intervention.

En général, les tarifs constatés pour la production audiovisuels sont les suivants :

Interview : à partir de 300 €

Vidéo produit : à partir de 500 €

Film d’entreprise : à partir de 700 €

Reportage/live report : à partir de 900 €

Animation/Motion design : à partir de 1500 €

Que le coût soit élevé ou non, le plus important est d’optimiser le cycle de vie de la vidéo pour rentabiliser son investissement.

[source de l’image : Camille Jourdain]

Un clip vidéo de 2 minutes ne se confectionne pas dans le même laps de temps.

En effet, attardons-nous sur les différents processus de la conception d’une vidéo :

[source : wikipedia]

1/ La Pré-Production

En savoir plus sur la pré-production

La préproduction consiste à concrétiser le scénario. Elle organise en parallèle un certain nombre de tâches. La plupart des éléments clés tels que la distribution, directeur de production et directeur de la photographie sont en place.

Les principaux acteurs du film sont pressentis et ont accepté, par l’intermédiaire de leur agent, de tourner le film. Le producteur va engager, tout au long de la préparation, un certain nombre de techniciens (Intermittents du Spectacle) et autres corps de métiers (comptables, artisans, conseillés et spécialistes, documentalistes, dessinateurs (pour le storyboard), décorateur etc.) et ce, pour une durée déterminée. Il pourra aussi louer des « bureaux de production ou de préparation », si possible proches des studios de tournage quand ceux-ci serviront au tournage.

On réalise un minutage du scénario (ou script), afin de vérifier la durée prévisible du film.

Ce document doit permettre à chaque corps de métier, participant à la fabrication du projet, de puiser toutes les informations nécessaires dans les descriptions des décors, des costumes, des effets de lumière et des effets spéciaux mais aussi indications de jeu pour les comédiens. Le scénario est une ressource inépuisable pour les collaborateurs du film. Il est généralement découpé et numéroté en scènes ou séquences de scènes d’unités de lieu, de temps et d’action, numérotées.

La mise en scène du scénario nécessite un découpage technique qui définit les différents plans composant la scène et la séquence de scènes. Ce découpage est généralement fait préalablement au tournage. On peut prédéfinir alors pour chaque plan l’emplacement de la caméra sur le décor, le choix des différents paramètres du plan (focale, hauteur caméra, mouvements d’appareil, etc.) et sa durée. On réalise généralement un plan au sol à l’échelle, puis le story-board, ou scénarimage, composés des dessins des vignettes d’images clés de chaque plan.

Le repérage des décors naturels et/ou préparation et construction des décors sous la direction du Chef décorateur assisté de son équipe dite de « construction ».

Généralement, le créateur du storyboard du film n’est pas le réalisateur du film mais travaille évidemment en collaboration avec lui. Avec son équipe, il met les croquis du réalisateur. Certains réalisateurs ne demandent des storyboards que pour certaines scènes (scènes d’action par exemple) ou ne font pas réaliser de storyboard préalablement au tournage; ils se contentent de donner les indications d’emplacement de la caméra et de distance focale au fur et à mesure du tournage. D’autres ne conçoivent leur découpage qu’au moment même de tourner la scène. D’autres se contentent de montrer mécaniquement la scène au cadreur du film qui propose alors les paramètres des plans, déterminés finalement en collaboration entre le réalisateur et le cadreur. Plus le tournage est sophistiqué (plusieurs caméra et mouvements complexes, tournage sur fond vert pour incrustation, etc), plus le storyboard est nécessaire; il peut même être le préalable à la construction d’une maquette des décors permettant à l’équipe de simuler diverses situations (places et mouvements de caméra, disposition des lumières, etc.).

Le story board et découpage, conduisent à des réunions de préparation pour les effets spéciaux, planifications.

  • Choix des costumes et des accessoires.
  • Casting acteurs, premiers, seconds rôles et figurants et casting des techniciens pour le tournage et la postproduction, préparation des contrats.
  • Évaluation des devis de location de matériels pour l’image, éclairages et lumières, machineries, dresseurs d’animaux.
  • Organisation des transports et déplacements nécessaires et utiles pendant le tournage (régisseurs).
  • Organisation hébergement et cantine de l’équipe de tournage (dont le nombre peut être conséquent)

Le plan de travail est la synthèse du travail des différents groupes participant à la préproduction (ou préparation), lequel servira de référence à l’étape du tournage

 

2/ La Production

En savoir plus sur la production audiovisuelle

En production, le film est créé et enregistré. La plupart des membres de l’équipe sont présents à cette période et en particulier le propriétaire, le script, les assistants de direction, bien sur le photographe, l’éditeur de la photo et l’ingénieur du son. Ceux-ci sont les rôles les plus constants lors de la réalisation d’un film ; la maison de production est libre de créer un mélange unique des rôles pour assurer les différentes responsabilités nécessaires au cours de la réalisation du film.

Une journée habituelle de tournage commence avec l’arrivée des équipes sur le lieux du tournage à l’ heure prévue. Les acteurs ont leurs propres horaire distinct. Dès que le décor est construit, les habilleurs et les éclairagistes peuvent être à l’œuvre pendant plus plusieurs heures ou même jours et sont installés en avance.

L’équipe d’électriciens et d’ingénieur de production sont en poste avec les cameramen et le département de prise de son et par égard pour l’efficacité, pendant que la scène est filmée, ils sont déjà en train de préparer la suivante.

Pendant que l’équipe de tournage prépare son équipement, les acteurs sont revêtus de leurs costumes et se soumettent au travail des coiffeurs et des maquilleurs. Les acteurs répètent le texte du script de la scène avec le réalisateur et l’équipe de prise de vue et de son, répètent avec eux et font les ajustements. Finalement, la prise de vue est réalisée aussi souvent que le réalisateur le désire. La plupart des productions américaines suivent une procédure spécifique :

L’assistant de direction (AD) dit « image prête » pour informer tout le monde que la prise de vue est sur le point d’être enregistrée et alors « du calme, tout le monde ». Dès que tout le monde est prêt pour l’enregistrement, l’assistant réalisateur dit « le son » (si la séquence implique une prise de son), et l’ingénieur du son fait démarrer son équipement d’enregistrement, pour obtenir une bande des dialogues de la scène et annonce son en cours quand il est prêt. L’ assistant réalisateur suit avec « faites tourner les caméras », avec la réponse « rapide » par le chef caméraman une fois que la caméra commence à enregistrer.

Le clapeur, qui est déjà devant la caméra avec le clapperboard, dit « marche » donne un coup pour le fermer. Si la prise nécessite d’autres actions ou des actions d’arrière-plan, l’assistant réalisateur donne le signal (« action background ! »), et finalement c’est le réalisateur qui dit aux acteurs « action ! ». faire écho « action » plus et plus largement à l’équipe.

La prise est terminée quand le réalisateur dit « coupez » et la caméra et le magnéto cessent d’enregistrer. Le superviseur du script note toutes les problèmes et l’équipe son et image prennent des notes techniques pour faire leurs propres rapports. Si le réalisateur décide qu’une prise supplémentaire est nécessaire, tout le processus est répété. Une fois qu’il est satisfait, l’ensemble de l’équipe se déplace vers un autre angle de prise de vue ou de fonctionnement, jusqu’à ce que la scène soit entièrement « couverte ». Quand les prises de vues sont terminées pour cette scène, l’assistant réalisateur déclare « emballez » et « on avance » et l’équipe s’arrête ou démonte le décors de cette scène.

À la fin de la journée, le réalisateur approuve le programme des prises de vue du lendemain et le rapport de progression journalier qu’il envois à la maison de production. Celui-ci comprend les feuilles de rapport de la continuité, de l’équipe son et caméras.La feuille d’appel quotidienne est distribué aux acteurs et à l’équipe pour leur dire quand et où ils doivent tourner le jour suivant. Plus tard, le réalisateur, le producteur, et d’autres dirigeants des départements concernés et parfois les acteurs peuvent revisionner les prises du jour ou de la veille pour reconsidérer leur travail. Avec des journées de travail de 14 à 18h en situation lointaine, la production d’un film tend à créer un esprit d’équipe . Quand le film est entièrement « dans la boite » en fin de phase de production, il est habituel que la société de production arrange une fête de clôture, pour remercier tous les acteurs et l’équipe pour ses efforts.

 

3/ La Post-Production

En savoir plus sur la post-production

La postproduction est l’organisation de l’ensemble des opérations conduisant à la finalisation définitive d’un évènement audiovisuel enregistré, tourné ou capté

Au cinéma et en vidéo

C’est la troisième étape de production d’un film, après la préproduction et le tournage et avant sa publication (Distribution).

La postproduction englobe l’ensemble des techniques de finalisation d’un produit filmique ou audiovisuel après son tournage :

  • montage de l’image, bruitage
  • postsynchronisation,
  • montage son, doublage, mixage

et

  • effets spéciaux (montage et laboratoire) & étalonnage de l’image (station d’étalonnage, laboratoire)

Avec la généralisation du « tout numérique », la postproduction s’articule distinctement en deux phases :

  • la première phase dite créative qui se termine généralement par le mixage original, étape qui fixe et boucle les processus artistiques sous l’autorité du réalisateur;
  • la deuxième phase, celle des opérations de laboratoire :
    • pour l’image, étalonnage, intégration définitives des effets spéciaux et autres trucages ;
    • pour le son, finalisation de la mises en forme du ou des mixages spécifiques suivant leur destination : cinéma, télévision HD, télévision SD, Web et ses variantes (streaming, serveurs, vidéo à la demande ou VOD, smartphone, etc.
    • pour l’image et le son: la fabrication des fichiers (DCP (Digital Cinema Package), la fabrication des PAD pour la télévision, etc.

DVD, Disque Blu-ray

Ces supports sont assujettis à la règle de la chronologie des médias; cependant certains produits ou Œuvres audiovisuels peuvent avoir pour première diffusion le DVD et/ou le Blu-Ray.

  • pour le DVD, on peut considérer que la postproduction suit les mêmes chemins que pour la télévision HD ;
  • pour le Blu-ray, le cadre technologique étant de meilleure qualité, les chemins approcheront ceux pour le cinéma excepté celui de la dynamique sonore et des formats (codecs) choisis pour l’image.

Postproduction musicale

La postproduction musicale englobe les techniques employées en studio d’enregistrement après la prise de son.

  • mixage : mélange des pistes enregistrées ;
  • mastering : mise en forme et dernière étape avant la gravure et le pressage et la mise sur le marché.

Suivant le genre de musique, les situations diffèrent. Pour les musiques acoustiques l’enregistrement n’est, en principe, qu’une captation, suivi d’une étape de montage puis de mixage et enfin de mastering. Pour les musiques à base ou entièrement électroniques, l’enregistrement et le mixage sont confondus dans le même processus créatif ; ne reste à suivre que l’étape du mastering et de ses dérivés (CD ou dématérialisé).

 

Rappelez-vous : une vidéo sert avant tout à :

– Donner une image “haut de gamme” et high tech de votre activité.

– Faire passer un message avec une très bonne illustration, rentrer dans l’explication avec un support technique des plus efficace.

– Rendre plus agréable les messages à faire passer

– Montrer des vraies personnes dans un monde de plus en plus virtuel

 


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager :